Lettre : Un procureur corrompu de la ville de Gatineau tente de se soustraire à la Commission des droits de la personne du Québec

Share:

La présente est une lettre ouverte adressée au procureur de la ville de Gatineau qui, depuis des semaines, tente apparemment de se soustraire à la vigilance de la Commission des droits de la personne du Québec relativement à des cas de profilage racial impliquant un homme noir ayant été accosté par la police de Gatineau pour des raisons telles que « marcher bizarrement»,

« marcher sur le gazon», « conduire un véhicule loué» et « marcher le long du trottoir».  Avez-vous déjà entendu parler d'un tel comportement indigne de la part de la police au Canada?

S'agit-il du Canada en 2020 ou de Jim Crow Alabama dans les années 1950 ou alors de l'apartheid sud-africain dans les années 1970, alors que la police n'avait besoin d'aucune raison pour pouvoir interpeller les personnes de race noire?

Il semblerait que ce soit la façon habituelle pour la police de Gatineau d'«accueillir» les hommes noirs.

Vous vous demandez peut-être comment ce procureur a pu échapper à la vigilance des droits de la personne?

«Monsieur le Procureur» a accompli cela en évitant les appels de la Commission des droits de la personne du Québec depuis des semaines, semble-t-il.

La principale excuse que le bureau de M. le Procureur a semble-t-il donnée était qu'il était en «congé de paternité».  Mais, depuis son retour de congé de paternité, il ne répond toujours pas aux appels.

Monsieur le Procureur, je tiens ici à vous informer que tant que le Québec fera une partie du Canada, vous avez l'obligation de faire valoir les droits de la personne de tous les Canadiens en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés.

Vous vous demandez peut-être quel est le nom de ce procureur? 

Il ne sera pas nécessaire de révéler son nom à condition qu'il retourne l'appel téléphonique de la Commission des droits de la personne du Québec et commence à remédier aux horribles tendances de profilage racial dont il est responsable dans les 24 heures suivant la publication de cette lettre ouverte.

Vous vous demandez peut-être quel est l'agenda caché de ce procureur de Gatineau?

En fait, il semblerait qu'il y ait eu beaucoup de plaintes concernant le racisme sous sa surveillance.

Un procès contre l'homme noir ci-haut mentionné est prévu pour le 24 mars prochain à la cour municipale de Gatineau, et le procureur a semble-t-il tenté de «s'arranger» pour qu'un juge «avec son même raisonnement» préside le procès de style «tribunal bidon» afin de dissimuler un autre cas de racisme.

Aujourd'hui, je suis ici pour vous dire que nous n'allons pas tolérer que cela se produise.

Si le procureur de Gatineau ne respecte pas ses obligations en tant que représentant de la Couronne en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés au plus tard le mardi 25 février, nous mettrons davantage en évidence les actes racistes de ce dernier.

Je vais également prévenir mes collègues de CTV concernant les actes racistes du procureur qui perpétue un profilage racial vérifiable et odieux, pire encore que celui rapporté par les communautés noires à l'encontre du service de police de Montréal.

Cependant, M. le procureur de Gatineau est tellement corrompu qu'il a su se dérober à tous les regards, alors que ses homologues de Montréal ont dû y faire face.

Au nom de toutes les victimes de racisme de la ville de Gatineau, je suis ici pour vous dire aujourd'hui, monsieur, que vos actes de corruption doivent cesser immédiatement, sinon vous ferez face à un déferlement d'indignation publique.