Des cyclistes veulent « plus que de la peinture » au sol pour être protégés sur Elgin

Share:

Les sonnettes de vélo se faisaient entendre sur la rue Elgin, jeudi matin, alors qu'une cinquantaine de 50 cyclistes ont roulé en groupe pour demander que des changements soient apportés aux infrastructures de la Ville d'Ottawa.

La manifestation est survenue moins d’une semaine après l’accident impliquant une cycliste de 20 ans et un camion, sur la rue Elgin. Cette dernière a récemment été réaménagée.

Les cyclistes ont débuté leur randonnée devant l’hôtel de ville. Ils se sont par la suite dirigés sur la rue Elgin où ils ont été rejoints par les conseillers municipaux Catherine McKenney et Shawn Menard.

L’instigateur de l’événement, Ward Verschaeve, a dit s’être senti obligé de prendre la parole après avoir entendu parler de l’accident. Malgré les récents investissements de plusieurs millions de dollars sur la rue Elgin, elle demeure dangereuse, estime le cycliste âgé de 21 ans.

Des voies cyclables désignées n’ont pas fait partie du réaménagement, ce qui déçoit plusieurs membres de la communauté cycliste. Les adeptes du vélo se déplacent sur des bandes cyclables peintes en vert, mais qui ne les séparent pas de la circulation.

Les conseillers veulent rencontrer les responsables municipaux

En gardant en tête qu’ils viennent de réaménager la rue, j’aimerais voir quelque chose de semblable aux voies cyclables sur l'avenue Laurier où il y a une séparation complète, une séparation physique, a expliqué M. Verschaeve

Nous voulons plus que juste de la peinture entre les cyclistes et les automobilistes. De cette façon, les deux partis sont en sécurité.

Ward Verschaeve

Les conseillers McKenney et Menard ont indiqué qu'une rencontre est prévue la semaine prochaine avec des responsables municipaux pour discuter des infrastructures cyclables. Il compte demander des changements sur la rue Elgin.

Nous construisons des routes dans cette ville sans y penser à deux fois, et nous construisons des routes pour la vitesse du conducteur plutôt que pour le confort et la sécurité des cyclistes et des piétons. C’est une frustration permanente, a affirmé Catherine McKenney, qui représente le quartier Somerset.

Avec les informations de Hillary Johnstone de CBC