Un élu de Gatineau propose l'achat du domaine de la ferme Moore

Share:

Le conseiller Jocelyn Blondin souhaite que la Ville de Gatineau fasse l'acquisition du domaine de la ferme Moore.

L'élu représentant le district de Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau déposera un avis de proposition en ce sens au conseil municipal, mardi soir.

Je me dis qu’on pourrait former une coopérative [pour] faire en sorte que la ferme Moore prenne vie au niveau de l'agriculture urbaine. Ça pourrait être le plus grand jardin communautaire de la ville, a-t-il lancé, lundi, en entrevue avec ICI Ottawa-Gatineau.

Il a ajouté que le bâtiment historique qui se trouve sur le terrain pourrait servir à donner de la formation et à rencontrer des citoyens, entre autres.

M. Blondin veut que Gatineau achète ce terrain, vacant depuis près de trois ans, à la Commission de la capitale nationale (CCN) pour la somme symbolique de 1 $. C’est à cette même valeur qu’a été cédé le domaine Scott-Fairview, situé au 100 Gamelin, à l'ancienne Ville de Hull.

Or, la CCN

a fait savoir, lundi en fin de journée, par courriel, qu'elle n'envisage pas de vendre la ferme Moore à la Ville de Gatineau.

Un peu plus tôt, la société de la Couronne avait répondu qu'elle tentait de trouver une solution depuis 2018 avec la Ville de Gatineau et d'autres partenaires.

Les discussions pour la signature d’un bail avec la Ville ont malheureusement achoppé l’an dernier, lorsque la pandémie de la COVID-19 a commencé à faire ressentir son impact, a-t-on écrit. Nous sommes en négociation pour trouver une nouvelle alternative avec un partenaire qui maintiendra la vocation agricole et communautaire de la ferme Moore, les jardins communautaires étant un aspect spécifique de cette vocation.

Le conseiller Blondin se dit préoccupé par des informations voulant qu'une corporation privée ontarienne cherche à devenir locataire des lieux pour un projet commercial. Selon lui, cela irait à l’encontre de la vocation agricole du terrain.

Il y a toujours des tentatives de location de différents organismes, de différentes associations ou de commerces qui négocient avec la CCN

et on est toujours inquiets de voir quel genre de projet va arriver là, a-t-il dit.