Trois employés congédiés après des appels à la ligne antifraude de la Ville d’Ottawa

Share:

Trois employés de la Ville d’Ottawa ont été congédiés l’an dernier, dont une personne qui avait pris six semaines de congés annuels sans les déclarer.

Ces remerciements sont le résultat d’appels à la Ligne directe fraude et abus, un service à travers duquel 204 plaintes sur des employés municipaux ont été logées à la Ville en 2020. La moyenne annuelle se situe à 200 signalements de mauvais usages de fonds publics ou d’inconduites pendant les heures de travail.

Ces signalements faits par des employées ou des citoyens mènent parfois à des enquêtes approfondies.

La vérificatrice générale de la Ville présentera un sommaire des plaintes qui ont été examinées en 2020 au Comité de la vérification le 25 mai. Il comprend trois cas dans lesquels des employés ont été suspendus, et trois autres qui ont mené à des congédiements.

Dans l’un de ces dossiers, un fonctionnaire municipal a pris 32 journées de vacances annuelles réparties sur plusieurs années sans jamais les enregistrer dans le système. Selon l’enquête qui a suivi, un supérieur approuvait ses demandes verbalement, mais comptait sur lui pour les soumettre formellement. Son véritable gestionnaire travaillait dans un autre bureau et ne savait pas que l’employé avait pris ces congés sans les déclarer.

Le salarié en question a même reçu une paie supplémentaire à la fin de l’année pour les journées de congé qu’il avait en surplus. La Ville l’a congédié et a récupéré 7800 $.

Dans le deuxième de ces dossier, un employé utilisait des notes du médecin et réclamait des congés de maladie pendant qu’il travaillait pour une autre organisation. La troisième affaire concerne une nouvelle embauche qui œuvrait pour sa propre entreprise pendant ses heures de travail à la Ville, alors qu’il était en période de probation.

D’autres dossiers n’ont pas mené à des congédiements, dont les suivants :

  • Deux employés ont été suspendus sans salaire après avoir nettoyé leur véhicule personnel en utilisant les équipements de la Ville. Ils ont nié l’avoir fait, mais ils avaient été filmés en pleine action.

  • Un employé a joué au golf pendant un jour de semaine, qu’il a ensuite dû réclamer comme journée de congé.

  • Un employé a utilisé un véhicule municipal pour faire des courses personnelles pendant les heures de travail.

  • Dans un message publié sur les réseaux sociaux pendant les heures de travail, un employé a suggéré que des collègues devraient faire des trous dans leurs masques.

  • Après avoir consulté son superviseur, un employé a emmené chez lui un appareil d’exercice qui se trouvait dans un local fermé par la pandémie. L’employé devra maintenant payer de sa poche pour l'entretien de la machine.

La vérificatrice fait également état d’un dossier où événement survenu pendant un projet de construction important, qui n’a pas été spécifié, a mené à des délais et à des coûts additionnels de 177 000 $. Une décision qui avait été prise de changer le design de plusieurs passages pour piétons n’avait pas été communiquée correctement, indique la vérificatrice.