L'Iran en grande fragilité économique et sociale

Share:

Dilemme pour les dirigeants iraniens, à quatre mois d'une présidentielle cruciale. Toute concession à l'administration Biden pourrait se payer cher dans les urnes, mais retrouver des possibilités d'exportation pétrolière est vital, car l'économie du pays est « au bout du bout de la résistance patriotique », estime un entrepreneur à Téhéran. La devise a été dévaluée quatre fois l'an dernier, l'inflation a dépassé officiellement 46 % en rythme annuel en janvier dernier, « mais atteint sans doute 60 % en réalité, la majorité des 82 millions d'Iraniens vit sous le seuil de pauvreté et le chômage des jeunes n'est même plus comptabilisé », ajoute-t-il.