Nouvelle Bibliothèque publique d'Ottawa: «Un bâtiment assez spectaculaire» [PHOTOS]

Share:

On sait maintenant ce à quoi ressemblera l’édifice qui abritera l’installation partagée de la Bibliothèque publique d’Ottawa et de Bibliothèque et Archives Canada dès la fin 2024. Le concept architectural du projet de 193 millions $, décrit comme « le facteur wow » par le maire Jim Watson, a été dévoilé en grande pompe jeudi.

Le design de l’imposant immeuble de cinq étages, qui aura pignon sur rue au 555, rue Albert, à un jet de pierre des plaines LeBreton et de la station Pimisi du train léger, a été conçu par le consortium formé des firmes Diamond Schmitt Architects et KWC Architects. La superficie du bâtiment certifié LEED Or atteindra les 20 000 mètres carrés. Près des deux tiers des espaces seront occupés par la Bibliothèque publique d’Ottawa. 

« Ce sont des nouvelles très positives pour la Ville d’Ottawa, c’est une journée extraordinaire pour les personnes qui aiment les bibliothèques. C’est historique : c’est la toute première fois que les gouvernements fédéral et municipal travaillent ensemble pour un édifice comme celui-là. [...] C’est un bâtiment assez spectaculaire », a lancé le maire Watson, qui a répété à maintes occasions que l’époque où une bibliothèque était un endroit où devait régner le silence et le calme est révolue. 

Plaisantant en disant être biaisé sur la question, il prétend que la capitale fédérale aura bientôt « la meilleure bibliothèque au pays » et deviendra un chef de file face à d’autres grandes villes canadiennes qui ont investi massivement dans ce domaine, par exemple Montréal, Halifax et Calgary.

« Certaines personnes vont nous critiquer et se demander : pourquoi construisez-vous des bibliothèques en cette ère d’Internet, etc. Mais la réalité est que les bibliothèques sont plus occupées aujourd’hui qu’elles ne l’ont jamais été dans le passé. Des centaines de milliers de personnes visitent les nôtres, c’est un lieu de rassemblement pour des rencontres, des discussions, pour l’accès aux ordinateurs, pour de la recherche, pour trouver un emploi. On ne construit pas seulement pour les prochaines années, mais pour les prochaines générations », note le premier magistrat.

Avec les coûts de construction en hausse et la vigueur de l’économie dans la région, le maire Watson avoue que la facture totale du projet pourrait être plus élevée au final.

« On va devoir attendre de recevoir les soumissions pour le contrat. Nous devrons y faire face à ce moment-là, mais je suis très confiant que nous avons été très prudents dans nos délibérations. Mais évidemment, si le coût augmente, on va devoir en tenir compte et une décision finale sera prise par le conseil », a-t-il indiqué.