Immobilier: l'accessibilité recule au Québec

Share:

Tendances provinciales — mars 2021

La diminution constante des inscriptions en vigueur et la forte demande ne cessent de faire accélérer le prix des propriétés et de diminuer l’accessibilité. En conséquence, plusieurs institutions commencent à s’inquiéter d’une surévaluation et d’une surchauffe du marché. L’amélioration des conditions du marché de l’emploi, les faibles taux d’intérêt, l’épargne élevée et les changements des besoins en logement sont les facteurs principaux qui permettent de soutenir la forte demande.

Aussi, la remontée des taux d’intérêt peut inciter les acheteurs à se précipiter sur le marché pour profiter de taux réservés précédemment. Du côté de l’offre, les inscriptions en vigueur dans la province ont diminué de 40% par rapport à mars 2020, selon l’APCIQ, et le secteur le plus affecté est celui de l'unifamiliale.

Ventes d’unifamiliales au Québec

Selon les actes publiés au Registre foncier du Québec et compilés par JLR, une société d’Equifax, 107 750 maisons unifamiliales ont changé de mains lors des douze derniers mois, un nombre en hausse de 21% relativement à l'année précédente. Pour mars seulement, l’augmentation est de 38% relativement à la même période l’année dernière. D’avril 2020 à mars 2021 inclusivement, le prix de vente médian des unifamiliales s’est établi à 280 000$, soit une croissance de 10%. Pour mars 2021, le prix médian des unifamiliales a bondi de 16% par rapport à mars 2020.

La demande a excédé les prévisions en 2020 et demeure forte en 2021. Les hausses de prix ne semblent pas freiner les acheteurs et le manque d’inventaire laisse présager une poursuite des augmentations de prix dans les mois à venir.