Restaurants en difficulté: des mesures contre les évictions commerciales demandées

Share:

Le gouvernement du Québec pourrait mettre en place des mesures contre les évictions commerciales pour éviter la fermeture massive de restaurants, suggère Restaurants Canada. 

• À lire aussi: Près de 68 000 cas de COVID-19 au Canada 

• À lire aussi: [EN DIRECT 9 MAI] Tous les développements de la pandémie 

Un coup de sonde publié jeudi par Restaurants Canada indique que sept restaurateurs sur 10 seraient incapables de s’acquitter de ses factures pour les trois prochains mois. 

En entrevue à TVA Nouvelles samedi, le vice-président fédéral et au Québec de l’organisation, David Lefebvre, a réagi à ce portrait «dramatique» qui ressort de l’enquête effectuée auprès des membres. 

«Il faut bien comprendre que la restauration fait vraiment face à une tempête parfaite en matière de liquidité», a-t-il expliqué. 

Selon lui, plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. La fermeture complète ou partielle des établissements et les frais fixes (loyer, assurances et fournisseurs) que les propriétaires doivent continuer à payer sont les plus communs. 

«Contrairement à l’ensemble du commerce de détail, il faut comprendre que les restaurants qui ont fermé ont perdu 100% de leur inventaire», a précisé David Lefebvre. 

Pour éviter une fermeture massive des restaurants, M. Lefebvre pense que le gouvernement du Québec pourrait mettre en place des mesures contre les évictions commerciales. À son avis, une telle initiative donnerait la chance aux restaurateurs et aux propriétaires des locaux de trouver des terrains d’entente. 

Autre mesure, le prolongement du programme de subvention salariale, qu’Ottawa a déjà prolongé au-delà du 4 juin, allégerait une partie des dépenses. 

Le dirigeant de Restaurants Canada croit aussi qu’un programme de crédit ou de soutien pour refaire les stocks serait bénéfique. 

«Il y a des choses qui ont été faites pour les entreprises au niveau fédéral et au niveau du gouvernement du Québec à travers Investissement Québec. Mais maintenant qu’on va davantage vers une phase moyen-long terme de [relance] de l’industrie, c’est clair que ça va prendre un programme d’accompagnement plus prononcé spécialement pour les frais fixes», a ajouté David Lefebvre.