Choisir le voile

Share:

C’est une force de porter le voile, ça demande du courage, car il y a des moments où ce n’est pas facile, dit Kawtar Maaraf, qui a choisi de porter le voile à l’âge de 21 ans.

Le voile, qu’il soit intégral ou non, est souvent au cœur des discussions sur l’Islam. Des discussions politiques, juridiques et sociales qui durent depuis si longtemps qu’on oublie parfois d’y inclure les actrices principales : les femmes.

Afin de rééquilibrer ces discussions, trois femmes voilées ont accepté de nous raconter pourquoi elles ont choisi de le porter.

J’en avais assez de pleurer »

À l’âge de 12 ans, Howaida Hamaoui, qui est Canado-Libanaise, a fait le choix de porter le hijab.

À l’époque, en 2001, elle subissait quotidiennement des micro-agressions dans son école de Wetaskiwin. Les musulmans étaient si peu nombreux dans cette communauté, située à environ une heure au sud d’Edmonton, qu’ils n’y étaient pas recensés.

Je pleurais, assise sur mon lit, en me disant que je ne pouvais plus continuer, que je ne pouvais pas endurer ça toute ma vie. Que j’avais besoin de l’aide de Dieu. Je devais faire quelque chose pour que les choses changent et j’avais besoin qu’elles changent rapidement, raconte-t-elle.

Invisible dans les chiffres, sa présence dans l’école était toutefois remarquée. Une présence qui dérangeait. Elle affirme qu’elle était traitée différemment à cause de sa religion.

J’ai été harcelée par quelques enseignantes. Elles me traitaient sans ménagement sans aucune raison. Elles n’étaient jamais satisfaites de moi, quoi que je fasse. Elles me criaient dessus quand je faisais une erreur, se rappelle-t-elle.

Sa vie scolaire était tellement stressante qu’elle appelait régulièrement ses parents pour qu’ils viennent la chercher. Elle pleurait aussi tous les dimanches soir à l’idée de retourner à l’école le lendemain.

Howaida ne s’est confiée à personne. Je ne crois pas que ça aurait changé quelque chose. J’ai juste pensé que Dieu était le seul qui pouvait améliorer les choses pour moi, explique-t-elle.